Lionel Catelan : « Depuis la découverte du béton, les bâtiments s’apparentent quasiment à de la sculpture

Architecture / Paru le 15 septembre, « Grenoble, un modernisme olympique », de Lionel Catelan est un projet documentaire et photographique mettant en lumière les réalisations architecturales emblématiques édifiées à l’occasion des JO de 1968. L’auteur sera à la librairie Le Square le 21 septembre.


D’où vient votre intérêt pour l’image, et pour l’architecture moderne en particulier  ?

Lionel Catelan : J’ai beaucoup d’intérêt pour les vieilles photos, les images ou documents d’archives. Quand on est graphiste, on a un rapport un peu particulier avec tout ça. Pour mon diplôme, aux Beaux-Arts de Valence, j’ai commencé à travailler sur des questions de paysage, à savoir comment nos regards construisent des paysages. Ensuite, est venue une interrogation sur comment perçoit-on une ville, lorsque la quotidienneté, la familiarité avec les bâtiments s’est installée. Je me suis intéressé à l’architecture moderne, dans la mesure où elle entretient un rapport à l’image très fort. Depuis la découverte du béton notamment, les bâtiments sont construits avec une esthétique et un travail qui s’apparentent quasiment à la sculpture. La façon dont ils sont construits, laisse à penser qu’ils l’ont été pour générer de l’image. Ça incite à faire de la photo, quasiment.

Quel est le sens de votre démarche ?

Moi ce qui m’intéresse, c’est qu’on puisse comprendre un peu mieux la ville, au sens large. Par le travail de documentation que j’ai mené, j’ai cherché à comprendre l’idée première des bâtiments. À relever, en l’occurrence pour cette époque-là, les idées assez utopistes que portait leur architecture.

Qu’avez-vous appris globalement de cette période olympique de 1968 ?

Que les Jeux olympiques à Grenoble ont dès le départ servi de prétexte pour construire massivement. Mais, surtout, qu’ils ont aussi servi de prétexte pour faire image de la modernité. Les JO ont un enjeu médiatique très fort. Ces Jeux d’hiver français ont pour spécificité d’être les premiers à être diffusés à la télévision et en couleur. L’enveloppe énorme qui leur a été allouée devait servir à construire un maximum de choses. C’est d’ailleurs pourquoi de nombreux bâtiments, sortis du sol à cette époque, n’ont pas de rapport direct avec les épreuves sportives.

Vous voulez dire qu’il y avait beaucoup plus d’enjeux que les seuls enjeux sportifs ?

L’exemple des tours de l’Île Verte est un bon exemple de cela. On a pensé au sport lors de cette période, certes, mais il y avait bien plus d’enjeux politiques. N’oublions pas tout de même que Pompidou était au pouvoir, et tout ce contexte juste avant mai 68 et post-guerre d’Algérie.

 Que recherchiez-vous en réalisant ce projet photographique documentaire ?

Je cherchais des traces du bâtiment d’il y a soixante ans. Si on prend la cité universitaire, lorsque j’y suis allé, il y avait encore toute la signalétique de l’époque, encore des intitulés « Scandinavie », « Suède », etc. J’ai certes effectué beaucoup de recherches pour ce projet mais j’avais surtout envie d’embrasser le regard d’un promeneur. La position du flâneur, c’est quand même celle du plus grand nombre, quand nous ne sommes pas au fait du détail historique autour de ces constructions ! D’ailleurs, ce qui m’enthousiasme le plus, c’est de permettre à des Grenoblois de redécouvrir ces lieux familiers, qu’ils ont l’habitude de fréquenter et dont ils ignorent le passé. Toute ma démarche consiste à inviter à regarder des choses déjà là.

Paris 2024, disons que c’est une catastrophe… Je pense aux expropriations de certaines populations, d’étudiants même, qui vont probablement être relogés plus loin en périphérie, là où les pauvres ne gênent pas.

Y a-t-il encore autre chose qui, dans l’évolution des bâtiments modernistes, un demi-siècle plus tard, attire votre attention ?

Je dirais l’absorption de projets modernistes par la politique. Par exemple, dans les années 60, l’un des préceptes modernistes, c’est la circulation piétonne. D’où l’aspect très ouvert, lorsqu’on regarde aux pieds des bâtiments de cette époque-là. Or, aujourd’hui que reste-t-il ? Des tonnes de barrières ainsi que des haies restreignent la circulation et l’accès à ces espaces. Cela va totalement à l’encontre de ce en quoi croyaient les architectes, leur pensée sociale et la volonté qu’ils mettaient à ce que les gens se rencontrent et s’approprient leurs bâtiments.

Vous écrivez dans votre préface : « Grenoble 1968 reste un projet politiquement acceptable à l’égard de l’évolution récente des candidatures pour l’accueil des Jeux Olympiques ». Que voulez-vous dire  ?

On voit qu’à Grenoble, la reconversion des constructions olympiques a été pensée, ou du moins qu’elle s’est imposée avec le temps. En revanche, j’ai une expression dans le livre, je parle d’« éléphant blanc » qui s’applique notamment au tremplin de saut à ski de Saint-Nizier, laissé à l’abandon. Quand je parle de « projet politiquement acceptable », j’entends que la candidature de Grenoble était équilibrée entre de réels besoins de développement urbain et l’intérêt médiatique projeté sur ces Jeux. Je regrette cette bascule dans les années 90-2000, où les Jeux olympiques ne répondent plus à de réels besoins, mais n’ont que fonction d’image.

Prenez Albertville, 1992. On voit que l’infrastructure a été gonflée à bloc au point d’avoir des choses surdimensionnées pour la taille de la ville. Lorsque ça dégonfle, les années qui suivent, l’afflux touristique ne suit pas forcément et on en arrive obligatoirement à des états de ruine. Excepté le tremplin abandonné de Saint-Nizier, Grenoble était, je trouve, une candidature équilibrée, qui n’allait pas dans cette logique de surbesoin.

Un mot sur les Jeux de Paris 2024 ?

Paris, disons que c’est une catastrophe… Je pense aux expropriations de certaines populations, d’étudiants même, qui vont probablement être relogés plus loin en périphérie, là où les pauvres ne gênent pas. Et après ça, la Ville base tout son plan de communication sur l’aspect bas carbone de ses constructions…

Soirée architecture à Grenoble jeudi 21 septembre à 19h à la librairie Le Square, avec Lionel Catelan pour Grenoble, Un modernisme olympique (Building Books), Philippe Grandvoinnet, Bénédicte Chaljub, Hubert Lempereur pour L’architecture à Grenoble, 1880-1990, et Gilles Novarina pour Histoire de l’urbanisme (Le Moniteur). Entrée libre

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
urbanisme-grenoble.com Photo de la page Confidentialité

Politique de confidentialité:

Exploitation et communication de vos datas privées:

Quand vous désirez une désactivation de votre mot de passe, votre IP sera incluse dans l’e-mail de désactivation.

Protection sur vos données:

Dans les cas où vous avez un espace personnel ou si vous avez écrit des textes sur le site, vous pouvez de réclamer à bénéficier un dossier numérique concentrant toutes les datas personnelles que nous détenons à votre sujet, enfermant celles que vous nous avez consenties. Vous avez le droit également de réclamer l'annulation des données individuelles à propos de vous. Cette procédure ne concerne pas les datas conservées à des fins administratives, dans le respect du droit ou avec pour objectif de sécurité.

Les médias:

Dans les cas où vous déposez des médias sur ce site, nous vous recommandons de vous abstenir de uploader des fichiers contenant des identifiants EXIF de coordonnées GPS. Les personnes surfant sur ce site peuvent prendre des données de localisation à partir ces fichiers.

Contenu chargé à partir de sites tiers:

Les passages de ce site peuvent introduire des informations prises (comme des vidéos, photographies, papiers…). Le contenu chargé depuis d’autres sites se compose de façon identique que si l'internaute se rendait sur cet autre site.Ces sites internet pourraient charger des datas au sujet de vous, activer des cookies, télécharger des organes de contrôles extérieurs, poursuivre vos actions avec ces contenus embarqués si vous détenez un espace associé sur leur site web.

Les cookies:

Quand vous uploadez un texte sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer vos nom, e-mail et site dans des cookies. Ce sera uniquement afin de votre confort avec pour objectif de ne pas devoir à donner ces données si vous entrez un autre commentaire ultérieurement. Ces cookies cessent au bout d’un semestre.Lorsque vous vous rendez sur la feuille de connexion, un cookie transitoire sera produit avec pour objectif de diagnostiquer si votre logiciel de navigation agrée les cookies. Cette fonction ne retient pas de données privatives et sera retiré mécaniquement quand vous arrêterez votre terminal.Si vous accédez, nous animons plusieurs cookies afin d'enregistrer vos données de connexion et vos options d'utilisation. L'espérance de vie d’un cookie de l'enregistrement est de quelques jours, celle d’un cookie d’option d’écran est de plusieurs mois. Lorsque vous validez « Se souvenir de moi », le cookie de connexion sera perpétué pour une durée de moins d'un mois. Lorsque vous fermez votre compte, le cookie de login sera annulé.En modifiant ou si vous éditez une publication, un cookie supplémentaire sera inséré dans votre terminal. Ce cookie ne comprend aucune information privée. Il atteste simplement l’ID de l'article que vous venez de corriger. Il finit au bout d’un jour.

Importation de vos informations personnelles:

Tous les commentaires des utilisateurs peuvent être observés au moyen d'un service robotisé de découverte des commentaires irrecevables.

Cela est conforme à la RGPD.

Les textes :

Quand vous laissez un commentaire sur ce site, les écritures citées sur le formulaire de texte, mais aussi l'adresse IP et l’agent usager de votre browser sont assemblés afin de nous permettre de trouver des commentaires non autorisés.

Quelle durée de mémorisation de vos informations:

Au cas où vous renvoyez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont gardés indéfiniment. Ce fonctionnement implique de concéder et adopter en automatique les textes à venir plutôt que de les abandonner dans la queue de modération.Au cas où les comptes qui surviennent sur notre site (autant que faire ce peu), nous accumulons aussi les datas personnelles communiquées dans leur profil. La totalité des espaces individuels savent voir, modifier ou supprimer leurs données privatives n'importe quand. Les modérateurs du site ont la possibilité aussi voir et modifier ces données.

Save settings
Cookies settings