, Droit moral de l’auteur sur son œuvre.

Ainsi, bien que la commune ne soit pas l’auteure directe des vols ni des dégradations constatées, la sculpture reste sous sa garde et sa responsabilité. Par cette décision jurisprudentielle se pose alors la question de savoir si une commune peut être responsable de plein droit d’une dégradation sur une œuvre placée dans un lieu public, quand bien même aucun accord contractuel n’est passé entre les parties.

L’œuvre d’art, portant directement l’empreinte de la personnalité de son auteur, est l’objet d’une protection accentuée par rapport au régime de droit commun. L’article L121-1 du Code de la propriété intellectuelle dispose que l’auteur « jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son œuvre », et ce droit est « perpétuel, inaliénable et imprescriptible ».

Cet article est mis d’une certaine façon en confrontation face au droit de propriété, décrit à l’article 544 du Code civil en ces termes :

« La propriété est le droit de jouir et de disposer des choses de la manière la plus absolue, pourvu qu’on n’en fasse pas un usage prohibé par les lois ou par les règlements ».

En outre, même lorsqu’un cadre contractuel est établi entre le propriétaire d’une œuvre et son auteur, ce dernier reste titulaire de droits moraux, le contrat ne pouvant en aucun cas admettre une dérogation au droit de propriété intellectuelle dont dispose cet auteur. Par conséquent, toute collectivité procédant à une acquisition d’une œuvre se doit de respecter ces droits moraux. Le juge a l’obligation alors de trouver un juste équilibre entre les prérogatives du propriétaire et celles de l’auteur, ce qui peut parfois s’avérer complexe.

Pour ce qui est des prérogatives propres à l’artiste, nous recensons le droit de retrait et de repentir, le droit de paternité, ou encore celui qui nous intéresse dans cette analyse : le droit au respect de l’intégrité de l’œuvre. Autrement dit, le propriétaire du support matériel d’une œuvre d’art a l’obligation de la conserver « en l’état ». Afin de caractériser une atteinte à ce droit au respect de l’intégrité d’une œuvre, il est nécessaire de réunir deux conditions.

En premier lieu, l’atteinte doit être objective, autrement dit le contenu protégé doit avoir été altéré matériellement ou changé sans prendre en compte le consentement de l’auteur de l’œuvre.

En second lieu, l’atteinte se doit d’être subjective, en d’autres termes, elle ne doit pas être fidèle à l’esprit de l’œuvre. Plusieurs jurisprudences illustrent ces prérogatives destinées à l’auteur, comme celle du tribunal de grande instance portant sur la condamnation de Béziers en juin 2019 du fait d’une reprise non-autorisée d’un parcours de fresque urbaine. De même pour la commune d’Hayange condamnée par le Tribunal de grande instance de Nancy [2] en raison d’une dégradation de façon temporaire par la commune d’une œuvre insérée dans l’espace public communal.

Dans le cas où une œuvre serait placée en permanence dans un espace public, au sein d’un lieu communal, ces dernières sont plus facilement sujettes à des dégradations non consenties par l’auteur, donnant lieu à des litiges entre l’artiste et la commune propriétaire de l’œuvre. C’est dans cette situation que se pose la question de savoir l’étendue de la responsabilité de la personne détenant le titre de propriété sur cette œuvre, qui n’a pas répondu à son devoir de sauvegarder l’intégrité du bien.

La jurisprudence sur ce point est parfois divisée en fonction du contexte et des mesures prises par la commune. La Cour de cassation [3] dans une décision datant de 1965, soutient l’idée que

« le droit moral qui appartient à l’auteur d’une œuvre artistique donne à celui-ci la faculté de veiller, après sa divulgation au public, à ce que son œuvre ne soit pas dénaturée ou mutilée ».

En ce sens, une décision de 1936 [4] du Conseil d’Etat affirme qu’une atteinte au droit moral est caractérisée, car en l’espèce, le fait qu’une commune laisse sans protection suffisante et dans un état de complet abandon une fontaine publique ayant subi des dégradations et une démolition constitue une atteinte au droit moral de son l’auteur. De même, le fait qu’une sculpture exposée dans une église subisse des dommages graves en raison du caractère diffamatoire prôné par les fidèles suffit à caractériser une atteinte au droit de l’artiste de la part de la commune. Le préjudice relevé dans ces arrêts est d’autant plus grand étant donné que les œuvres détenues par les communes sont pour la plupart exposées au public.

Un autre arrêt de 1976 [5] provenant du Tribunal administratif de Grenoble refuse toutefois de constater une atteinte au droit moral de l’auteur pour son œuvre qui a subi des dégradations naturelles, venant ainsi tempérer la décision précédemment évoquée du Conseil d’Etat. Cette décision démontre que le propriétaire n’est pas tenu au respect d’une intangibilité absolue de l’œuvre face aux dégradations que celle-ci peut subir. Par ailleurs, dans l’arrêt de la Cour administrative d’appel de Lyon du 20 juillet 2006 [6], une personne publique disposant du titre de propriété sur une œuvre d’art peut procéder à des modifications sur celle-ci lorsqu’elles

« sont rendues strictement indispensables par des impératifs esthétiques, techniques ou de sécurité publique, légitimés par les nécessités du service public et notamment la destination de l’œuvre ou de l’édifice ou son adaptation à des besoins nouveaux ».

En ce sens, l’arrêt du Tribunal de grande instance de Paris, le 24 juin 1992, affirme qu’il ne peut être constitué une atteinte au droit moral de l’auteur d’une œuvre quand

« la destruction sans autorisation d’une sculpture s’intégrant dans un ensemble immobilier, fonctionnel et décoratif, destiné à un site particulier dès lors que le propriétaire a été contraint de modifier l’œuvre en raison d’un projet concernant l’immeuble tout entier, les conditions d’implantation de l’œuvre disparaissant par suite d’une modification du site et qu’il n’a pu identifier l’auteur de l’œuvre afin de rechercher avec lui les solutions qui, dans les meilleures conditions possibles, auraient pu préserver les éléments de l’œuvre ».

Nous remarquons ainsi que certaines limites sont apportées concernant le droit moral de l’auteur dans l’objectif d’une recherche d’équilibre entre les prérogatives du droit d’auteur et celles du droit lié à la propriété.

En définitive, la commune, au regard du droit de la propriété intellectuelle, peut être tenue responsable des dégradations subies par l’œuvre au motif qu’elle se doit de respecter l’intégrité de l’œuvre et par conséquent réparer les dégâts commis sur cette dernière, bien qu’elle n’en soit pas responsable directement.

En outre, le juge a le devoir de trouver, en cas de contentieux, un juste équilibre entre les droits de ces deux acteurs, tout en prenant en compte l’ordre public dans l’équation. Une commune ne peut ainsi en principe se dédouaner de ses obligations d’entretien et de restauration afférant à une œuvre d’art dont elle est propriétaire sur un domaine public.

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
urbanisme-grenoble.com Photo de la page Confidentialité

Politique de confidentialité:

Exploitation et communication de vos datas privées:

Quand vous désirez une désactivation de votre mot de passe, votre IP sera incluse dans l’e-mail de désactivation.

Protection sur vos données:

Dans les cas où vous avez un espace personnel ou si vous avez écrit des textes sur le site, vous pouvez de réclamer à bénéficier un dossier numérique concentrant toutes les datas personnelles que nous détenons à votre sujet, enfermant celles que vous nous avez consenties. Vous avez le droit également de réclamer l'annulation des données individuelles à propos de vous. Cette procédure ne concerne pas les datas conservées à des fins administratives, dans le respect du droit ou avec pour objectif de sécurité.

Les médias:

Dans les cas où vous déposez des médias sur ce site, nous vous recommandons de vous abstenir de uploader des fichiers contenant des identifiants EXIF de coordonnées GPS. Les personnes surfant sur ce site peuvent prendre des données de localisation à partir ces fichiers.

Contenu chargé à partir de sites tiers:

Les passages de ce site peuvent introduire des informations prises (comme des vidéos, photographies, papiers…). Le contenu chargé depuis d’autres sites se compose de façon identique que si l'internaute se rendait sur cet autre site.Ces sites internet pourraient charger des datas au sujet de vous, activer des cookies, télécharger des organes de contrôles extérieurs, poursuivre vos actions avec ces contenus embarqués si vous détenez un espace associé sur leur site web.

Les cookies:

Quand vous uploadez un texte sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer vos nom, e-mail et site dans des cookies. Ce sera uniquement afin de votre confort avec pour objectif de ne pas devoir à donner ces données si vous entrez un autre commentaire ultérieurement. Ces cookies cessent au bout d’un semestre.Lorsque vous vous rendez sur la feuille de connexion, un cookie transitoire sera produit avec pour objectif de diagnostiquer si votre logiciel de navigation agrée les cookies. Cette fonction ne retient pas de données privatives et sera retiré mécaniquement quand vous arrêterez votre terminal.Si vous accédez, nous animons plusieurs cookies afin d'enregistrer vos données de connexion et vos options d'utilisation. L'espérance de vie d’un cookie de l'enregistrement est de quelques jours, celle d’un cookie d’option d’écran est de plusieurs mois. Lorsque vous validez « Se souvenir de moi », le cookie de connexion sera perpétué pour une durée de moins d'un mois. Lorsque vous fermez votre compte, le cookie de login sera annulé.En modifiant ou si vous éditez une publication, un cookie supplémentaire sera inséré dans votre terminal. Ce cookie ne comprend aucune information privée. Il atteste simplement l’ID de l'article que vous venez de corriger. Il finit au bout d’un jour.

Importation de vos informations personnelles:

Tous les commentaires des utilisateurs peuvent être observés au moyen d'un service robotisé de découverte des commentaires irrecevables.

Cela est conforme à la RGPD.

Les textes :

Quand vous laissez un commentaire sur ce site, les écritures citées sur le formulaire de texte, mais aussi l'adresse IP et l’agent usager de votre browser sont assemblés afin de nous permettre de trouver des commentaires non autorisés.

Quelle durée de mémorisation de vos informations:

Au cas où vous renvoyez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont gardés indéfiniment. Ce fonctionnement implique de concéder et adopter en automatique les textes à venir plutôt que de les abandonner dans la queue de modération.Au cas où les comptes qui surviennent sur notre site (autant que faire ce peu), nous accumulons aussi les datas personnelles communiquées dans leur profil. La totalité des espaces individuels savent voir, modifier ou supprimer leurs données privatives n'importe quand. Les modérateurs du site ont la possibilité aussi voir et modifier ces données.

Save settings
Cookies settings