Réhabilitation de la cité des Volets verts : « Nous nous bat­trons jusqu’au bout contre ce projet

« Aucun élu n’a voulu se déplacer lors de notre réunion publique du 26 avril où nous étions près d’une centaine d’habitants…mais, cette fois, ils seront présents ! » Telle était la teneur du flyer du collectif des habitants du secteur 5 de Grenoble, destiné à informer les habitants du quartier Abbaye-Jouhaux de la tenue, mercredi 22 mai 2024 à 18 h 30 au collège Vercors, d’une réunion d’information sur le projet de réhabilitation de la cité des Volets verts de l’Abbaye.

En l’occurrence, une réunion très attendue par les habitants qui avaient déploré qu’aucun élu de la Ville, de la Métropole ni aucun bailleur social n’ait daigné participer à une précédente réunion sur le logement organisée le 29 avril précédent.

Participaient à cette présentation, outre Isabelle Peters, première adjointe au maire de Grenoble, et Margot Belair, déléguée à l’Urbanisme, des représentants du promoteur Ogic en charge du projet, de la société d’aménagement Sages et d’un architecte de l’agence Dumetier Design.

Près d'une centaine de personnes participaient à la réunion d'information sur la réhabilitation des Volets verts de l'Abbaye organisée par la Ville de Grenoble. © Joël Kermabon - Place Gre'net

Près d’une centaine de personnes ont participé à la réunion d’information sur la réhabilitation des Volets verts de l’Abbaye organisée par la Ville de Grenoble. © Joël Kermabon – Place Gre’net

Près d’une centaine de personnes étaient au rendez-vous dont la première partie, introduite par Isabelle Peters, allait essentiellement faire le point sur le projet et son calendrier. Rien de bien nouveau puisque la présentation, projection à l’appui, reprenait celle déjà faite par la Ville de Grenoble et l’équipe du promoteur Ogic en début d’année.

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

Monestier-de-Clermont Le conseil municipal va élaborer un nouveau Plan local d’urbanisme

Avant de lancer les débats du conseil municipal, ce jeudi, le maire Eric Furmanczak a accueilli un nouvel élu, Hugues Filiputti, à la suite de la démission de son mandat de Jean-Michel Dereuder.

La première délibération portait sur la reprise du Plan local d’urbanisme (PLU) 2016-2020 à partir du PADD. Un PLU qui avait été arrêté par l’ancienne équipe municipale en mars 2020 au sujet duquel l’avis de l’État et…

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

Grenoble : Un adolescent de 15 ans entre la vie et la mort après une fusillade

Jeudi, vers 22h15, un jeune homme de 15 ans a été pris pour cible par une rafale de tirs dans le quartier de l’Alma, réputé pour son trafic de stupéfiants, à Grenoble, a indiqué la police. L’adolescent a été retrouvé au sol, grièvement blessé aux jambes et à la tête, et se trouve entre la vie et la mort, selon la source policière. « Son pronostic vital est toujours gravement engagé », a indiqué vendredi midi, Eric Vaillant, procureur de la République de Grenoble.

« Plusieurs douilles ont été découvertes à proximité », a précisé la même source, ajoutant que « les auteurs » ont pris la fuite sur un maxi-scooter « possiblement retrouvé à 22h41 et signalé volé en Suisse ».

Le parquet de Grenoble a précisé dans son communiqué que la victime est « un mineur étranger isolé, né en Tunisie, soupçonné d’être le  »vendeur du jour » du point de deal de l’Alma ».

Selon le quotidien local Le Dauphiné Libéré, il s’agit de la quatrième agression par balles, en six mois, dans le quartier de l’Alma.

Un autre homme blessé par balles

Peu après, vers 22h30 dans un autre quartier de Grenoble, rue Marcel Peretto, plusieurs détonations ont été entendues et signalées. Sur place, un homme de trente ans a été retrouvé par les enquêteurs, blessé par balles, dont trois l’ont atteint aux jambes. Conscient, son pronostic vital n’a pas été engagé, selon la police.

Le parquet de Grenoble a saisi les policiers de la division de la criminalité organisée et spécialisée pour les deux enquêtes. « Les deux faits ne peuvent, à ce stade des investigations, être reliés », a précisé Eric Vaillant.

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

Grenoble Réhabilitation de la cité de l’Abbaye : des habitants craignent un « choc des avoirs

La promesse a été tenue mais toutes les questions n’ont pas trouvé de réponses. Comme elle s’y était engagée dans nos colonnes, Isabelle Peters, première adjointe, est venue répondre ce mercredi soir avec plusieurs élus et représentants du promoteur Ogic et de l’aménageur, la Sages, aux interrogations des habitants du quartier. Fin avril déjà, le collectif d’habitants du secteur 5 soutenu par plusieurs associations, avait organisé une première réunion sur le thème du logement, à laquelle ni les élus de la Ville et de la Métropole, ni les bailleurs sociaux n’avaient pu participer.

Les échanges étaient donc attendus et près d’une centaine de personnes étaient réunies au collège Vercors. Charges, coût de l’énergie, accessibilités, avenir du…

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

La Fact (ex-CNCC) récompense les projets innovants d’immobilier commercial

À l’occasion du salon Siec qui s’est tenu les 22 et 23 mai 2024, la Fédération des acteurs du commerce et des territoires (Fact, ex-CNCC) a remis ses trophées récompensant les nouveaux projets immobiliers commerciaux et les initiatives innovantes portées par des espaces commerciaux ainsi que les meilleurs projets de collectivités du programme Action Cœur de Ville pour rendre leur centre-ville plus attractif. Cette année, dix prix ont été remis.

Palmarès 2024

Catégorie « création et rénovation d’espace commercial et multifonctionnel »

  • Le trophée Création d’un espace commercial a été attribué au centre Paris-Giverny, projet de McArthurGlen, un village de marques de luxe totalement intégré à son environnement et qui fait la part belle à l’art.
  • Le trophée Rénovation/Extension d’un site commercial a été décerné au centre commercial Grand Place à Grenoble. Ce site du groupe Klépierre a bénéficié d’une transformation ambitieuse et écoresponsable visant notamment à ouvrir le centre sur la ville.
  • Le trophée Projet multifonctionnel a été remis au Spot/Evry 2, projet de la SCC, un hyper-lieu aux services variés : shopping, restauration, santé, salles de spectacle, patinoire, médiathèque…

Catégorie « initiatives locales »:

  • Le trophée de l’Initiative locale Marketing est décerné à Val d’Europe du groupe Klépierre, pour son opération Micro-Folie. Le public de ce centre a pu bénéficier d’un musée numérique le temps d’un été, et découvrir de nombreuses œuvres grâce à un parcours immersif et sensoriel, ainsi qu’à des ateliers ouverts à tous.
  • Le trophée de l’Initiative locale RSE est remis à Cap 3000 du groupe Altarea, qui a décidé de donner de la visibilité aux enseignes proposant des solutions de consommation responsable dans son centre de Saint-Laurent-du-Var en créant ses « Trophées des initiatives responsables ».
  • Le coup de cœur du jury revient à Shop’ in Pacé du groupe Galimmo et à la start-up Mains d’Argent qui proposent à proximité de Rennes une expérience de shopping intergénérationnel. Une initiative baptisée « les compagnons d’emplettes », où des étudiants accompagnent des seniors lors de leurs courses.

Catégorie « Action Coeur de Ville » :

  • Le trophée Aménagement d’un espace public participant à l’attractivité commerciale d’une ville ACV a été remis à la ville de Laon pour son projet de redynamisation de sa place et de sa halle de marché, le tout dans un souci écologique.
  • Le trophée Requalification d’un bâtiment participant à l’attractivité commerciale d’une ville ACV a été décerné à la ville de Troyes pour sa réhabilitation de bâtiments et jardins emblématiques, projets qui ont eu pour effet de créer de l’emploi et de dynamiser l’économie locale.
  • La ville de Mâcon s’est vu décerner un prix pour son double projet d’urbanisme mixant la requalification de la friche de l’îlot Laguiche à l’aménagement d’un espace public, celui de la Place aux Herbes. Deux programmes qui ont transformé en profondeur le cœur de ville, et permis une baisse significative de la vacance commerciale.
  • Le prix spécial du jury dans cette catégorie a été décerné à la ville de Cognac pour son projet de réaménagement de sa place centrale qui a permis d’accorder une plus grande importance aux zones piétonnes, terrasses, commerces, espaces végétalisés, mobilier urbain…

Sélectionné pour vous

La vacance commerciale en hausse dans les centres-villes

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

Toulouse, l’une des villes où l’on vend son bien immobilier… le moins rapidement

Voir mon actu

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour les vendeurs. Selon un classement de seloger.com, publié en mai 2024, Toulouse est une mauvaise élève sur les délais de vente de biens immobiliers.

La ville rose ne se place même pas dans le top 10 des grandes villes où il est plus rapide de vendre… Alors que Toulouse figure dans le top 3 des villes les plus recherchées pour acheter en 2023, d’après un bilan de Bien d’ici.

À lire aussi

Des délais de vente rallongés

« Depuis 1 an, avec la hausse des taux et des prix qui restent élevés, les délais de vente se sont globalement allongés… », analyse le site seloger.com. Dans le top des 50 plus grandes villes françaises, Toulouse ne se hisse qu’à la 38ᵉ place, alors que Rouen, Roubaix ou Quimper sont sur le podium. 

« Dans la grande majorité des métropoles françaises, le délai de vente moyen est compris entre 2 et 3 mois depuis un an », est-il écrit sur le site. Ainsi, dans la Ville rose, il faut compter en moyenne… 83 jours pour vendre son bien immobilier, suivi par Antibes, Bordeaux, Mulhouse, Reims et même Montpellier et Grenoble. Toutes ces villes connaissent une hausse des délais de vente « de plus de 20 jours, sauf Mulhouse, où ils reculent de sept jours ». 

Une baisse des ventes en 2023

Après plusieurs années record, le nombre de ventes a fortement chuté en 2023 à Toulouse et en Haute-Garonne, expliquait Frédéric Giral, président de la Chambre des notaires de Toulouse, à Actu Toulouse en mars dernier. « On a une baisse des volumes de vente très significative, qui est de -31% tous bien confondus par rapport à 2022. La baisse est généralisée, il n’y a pas un secteur qui tire son épingle du jeu ». 

À lire aussi

Mais Toulouse n’est pas dernière

Mais si Toulouse est à mauvaise place, elle n’est pas la dernière ville où les délais de ventes se sont rallongés. À Lyon par exemple, les biens immobiliers se vendent en 92 jours en moyenne.

Vidéos : en ce moment sur Actu

Du côté de l’Hérault, Béziers se retrouve à la 3e place des villes où les délais de vente sont les plus longs. « C’est Tourcoing et Tours qui se partagent le titre des villes où l’on met le plus de temps pour vendre un logement. Le délai de vente moyen s’y élève à 108 jours, soit plus de 3 mois et demi », conclut seloger.com, la Ville rose peut donc encore souffler !

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

La Terrasse Une peine d’amende avec sursis requise contre l’ancienne maire, jugée pour prise illégale d’intérêts

Prise illégale d’intérêts ou application d’une promesse électorale ? C’est en substance la question à laquelle le tribunal correctionnel de Grenoble doit répondre. Un tribunal devant lequel deux femmes étaient appelées à comparaître ce mardi après-midi. Deux octogénaires au casier judiciaire vierge, prévenues de prise illégale d’intérêts : Claudie Brun, 82 ans, professeure de droit à la retraite, et Michelle Jolly, 81 ans, ancienne présidente du tribunal administratif de Grenoble. Respectivement maire de la Terrasse et adjointe au maire en charge de l’urbanisme de cette même commune entre 2017 et 2020. Période durant laquelle elles avaient refusé de délivrer un permis de construire modificatif à un promoteur immobilier désirant construire un immeuble de douze logements sur la place de la mairie, en…

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

Plan local d’urbanisme – Définition

Introduction

En France, le plan local d’urbanisme (PLU) est le principal document d’urbanisme de planification de l’urbanisme au niveau communal ou éventuellement intercommunal. Il remplace le plan d’occupation des sols (POS) depuis la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains du 13 décembre 2000), dite loi SRU.

Les petites communes se dotent souvent quant à elles d’une carte communale. Cependant une commune de petite taille mais soumise à une forte pression foncière (commune littorale par exemple) ou à de forts enjeux paysagers ou architecturaux (commune appartenant à un parc naturel régional par exemple) peut avoir intérêt à se doter d’un PLU.

Le PLU est régi par les dispositions du code de l’urbanisme, essentiellement aux articles L. 123-1 et suivants et R. 123-1 et suivants. Le projet de loi Grenelle II tend à modifier ses règles.

Le périmètre couvert par un PLU

Un plan local d’urbanisme peut être élaboré au niveau d’une commune ou au niveau d’une structure intercommunale, par exemple une communauté d’agglomération ou une communauté urbaine. Il peut alors couvrir une zone relativement importante : par exemple, le plan local d’urbanisme de la Communauté urbaine de Lille, approuvé le 8 octobre 2004, s’applique sur 85 communes pour une superficie de 611 km².

L’intégralité du territoire de la ou des communes concernées doit être couverte par le PLU, y compris les Zones d’aménagement concerté (ZAC) qui pouvaient autrefois disposer de leur propre document d’urbanisme, le Plan d’aménagement de zone (PAZ). Seuls sont exclus du champ du PLU les secteurs sauvegardés au sens de la loi Malraux (centres historiques des villes) dont l’aménagement relève de la compétence de l’État et qui doivent être couverts par un plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV). Cependant les dispositions de ces PSMV doivent figurer eux-mêmes aux annexes du PLU (voir ci-dessous), de même que les autres servitudes s’appliquant à ce territoire ; de fait un PLU concentre l’ensemble des plans d’aménagement PAZ et les règles locales d’urbanisme sur l’intégralité de son territoire. Ceci est notamment renforcé par la possibilité de révision partielle d’un PLU : la mise à jour de ce dernier, si besoin par voie simplifiée, permet d’avoir un plan local d’urbanisme complet et actualisé sur l’ensemble de son territoire.

Dans le cadre de la réalisation d’une opération d’intérêt supra-communal, un plan local d’urbanisme partiel peut être réalisé dans une ou plusieurs communes mais seulement par un établissement public de coopération intercommunale (EPCI), sous réserve que ces communes mettent en place un PLU sur leur territoire.

La compatibilité

Le PLU doit respecter les consignes données par différents documents de rang supérieur élaborés par l’État ou d’autres collectivités territoriales, dans une relation de compatibilité verticale ascendante : loi Montagne et Loi littoral, Directive territoriale d’aménagement (DTA – de compétence étatique-), Schéma de cohérence territoriale (SCOT – mis en place par un établissement public regroupant les collectivités locales du périmètre de SCOT-), Programme local de l’habitat (PLH), Plan de déplacements urbains (PDU), les chartes des Parcs nationaux ou régionaux, la charte de développement du Pays, Schéma d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE)…

Les éléments constitutifs du PLU

Le rapport de présentation

Il comporte notamment une analyse de l’état initial de l’environnement, un diagnostic, diverses justifications, et une analyse des effets du projet sur l’environnement et les mesures prises pour limiter ou annuler ces effets.

C’est là le document important, comme il l’était également pour le plan d’occupation des sols, dès lors que, « sorte d’exposé des motifs », il a pour objet de justifier et d’expliciter les choix d’aménagement retenus et leur cohérence.

Ce rapport de présentation doit comporter un diagnostic établi au regard des prévisions économiques et démographiques et précisant les besoins répertoriés en matière de développement économique, d’aménagement de l’espace, d’équilibre social de l’habitat, de transport, d’équipement et de services.

Il doit aussi comprendre une étude d’environnement comprenant l’analyse de l’état initial de l’environnement, l’évaluation des incidences des orientations du plan sur l’environnement et la manière dont le plan prend en compte le souci de sa préservation et de sa mise en valeur.

Ce rapport de présentation doit expliquer les choix retenus pour établir le projet d’aménagement et de développement durable (PADD) et délimiter les zones au regard des objectifs des règles générales de l’urbanisme et les normes supérieures mentionnées par les Directives territoriales d’aménagement (DTA ).

Le rapport explicite enfin les motifs des limitations administratives à l’utilisation des sols apportées par le règlement et la justification des délimitations des secteurs ou zones urbaines dans lesquelles les actions et les opérations d’aménagement seront réalisées.

Ce rapport n’a pas de valeur réglementaire. Il constitue cependant un élément d’information pour le public et un élément d’interprétation du PADD et du règlement tant pour l’autorité administrative que dans le cadre de l’éventuel contrôle du plan local d’urbanisme par le juge administratif.

Le projet d’aménagement et de développement durable (PADD)

Le Projet d’aménagement et de développement durable (PADD) constitue la nouveauté essentielle entre le contenu du plan d’occupation des sols et celui du PLU.

Il s’agit d’un document politique exprimant le projet de la collectivité locale en matière de développement économique et social, d’environnement et d’urbanisme à l’horizon de 10 à 20 ans.

Cette notion est issue du principe de développement durable qui inscrit le P.L.U. dans des objectifs plus lointains que sa propre durée. Le développement durable est défini comme « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs » (Rapport « Notre avenir à tous » de la Commission des Nations Unies sur l’environnement et le développement durable, dit rapport Brundtland).

Il était à l’origine opposable aux tiers. Cette disposition génératrice d’une insécurité juridique importante a été supprimée par la loi Urbanisme et Habitat du 2 juillet 2003. Toutefois, le zonage et le règlement écrit doivent être en cohérence avec celui-ci. C’est ainsi que le juge administratif se garde le droit d’interpréter le règlement en recherchant la volonté communale exprimée dans le PADD. De même, toute évolution du document reste conditionnée au respect de l’économie générale du PADD. En effet, si l’évolution du PLU implique une telle atteinte, il conviendra de procéder à une révision. Cependant, si l’évolution voulue ne porte pas atteinte à l’économie générale du PADD, la procédure de modification sera suffisante. C’est ainsi que toute modification du PLU doit rester cohérente avec le projet urbain exprimé dans le PADD. Cette notion de cohérence, d’une interprétation souple, assure la sécurité juridique du document, tout en préservant une certaine portée à ce PADD, une opposabilité indirecte.

Les orientations particulières d’aménagement

Véritable nouveauté de la loi SRU (amendée par la loi Urbanisme et Habitat (Loi Robien)), l’intention du projet sans formalisme (« le considérant ») ouvre une voie nouvelle pour la réglementation de l’urbanisme en France. Les collectivités peuvent dorénavant orienter leur vision de développement (nouveaux quartiers, reconquêtes de centralité…) au-delà du strict formalisme du document réglementaire à travers des options d’aménagement imposables au permis de construire. Mal préparés à cette évolution novatrice, les auteurs de PLU et l’administration préfectorale ont négligé la dimension négociée et évolutive de ce document qui permet de créer de l’expérimentation architecturale, urbanistique et paysagère à raison de loi locale. La seconde génération de PLU pressentie entre 2008 et 2013 pourrait offrir une occasion nouvelle d’échanges et d’expérimentations de nouvelles pratiques.

On retiendra également que la Loi SRU avait créé le Document d’Orientations Particulières d’Aménagement (DOPA), obligatoire dans le cas des entrées de ville et l’ouverture à l’Urbanisation Alternative des zones d’aménagement futures, les zones à urbaniser (zone AU). Depuis la loi Urbanisme et Habitat, toutes les orientations d’aménagement (même en zone AU) sont devenues facultatives.

Le document graphique du règlement

Il s’agit d’une carte de la commune divisant son territoire en plusieurs zones :

  • les zones urbaines, dites « zones U » : ce sont « les secteurs déjà urbanisés et les secteurs où les équipements publics existants ou en cours de réalisation ont une capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter » (article R. 123-5 du code de l’urbanisme). (anciennes zones U du plan d’occupation des sols (POS) ) ;
  • les zones à urbaniser, dites « zones AU » : l’article R. 123-6 du code de l’urbanisme les définit comme pouvant « être classées en zone à urbaniser les secteurs à caractère naturel de la commune destinés à être ouverts à l’urbanisation ». (anciennes zones NA du POS). On distingue deux types de zones AU :
    • les secteurs urbanisables immédiatement en raison de la présence « d’assainissement existant à la périphérie immédiate d’une zone AU » et ayant « la capacité suffisante pour desservir les constructions à implanter dans l’ensemble de cette zone » ; cette zone est généralement nommée « 1AU » ;
    • si cette capacité est insuffisante, l’ouverture à l’urbanisation est subordonnée à une modification ou une révision du PLU ; on nomme généralement cette zone « 2AU » ;
  • les zones agricoles, dites « zones A » : il s’agit des « secteurs de la commune, équipés ou non, à protéger en raison du potentiel agronomique, biologique ou économique des terres agricoles » (article R. 123-7 du code de l’urbanisme). C’est un régime strict et surveillé, seules les constructions ou installations nécessaires aux services publics et à l’exploitation agricole y sont autorisées. (anciennes zones NC du POS) ;
  • les zones naturelles et forestières, dites « zones N » : ce sont les « secteurs de la commune, équipés ou non, à protéger en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt, notamment du point de vue esthétique, historique ou écologique, soit de l’existence d’une exploitation forestière, soit de leur caractère d’espaces naturels » (article R. 123-8 du code de l’urbanisme). (anciennes zones ND du POS).

Le plan de zonage délimite aussi des secteurs particuliers, comme les espaces boisés classés ou les emplacements réservés (notamment pour la construction future d’équipements publics).

Le règlement

Il décrit, pour chaque zone définie dans le document graphique, les dispositions réglementaires applicables. Il peut comprendre 14 articles (R.123-9 du code de l’urbanisme) :

  • Article 1 : Type d’occupation ou d’utilisation du sol interdites
  • Article 2 : Type d’occupation ou d’utilisation du sol soumises à des conditions particulières
  • Article 3 : Accès et voirie
  • Article 4 : Desserte par les réseaux (eaux, assainissement, électricité)
  • Article 5 : Caractéristique des terrains
  • Article 6 : Implantation des constructions par rapport aux voies et emprises publiques
  • Article 7 : Implantation des constructions par rapport aux limites séparatives
  • Article 8 : Implantation des constructions les unes par rapport aux autres sur une même propriété
  • Article 9 : Emprise au sol
  • Article 10 : Hauteur maximum des constructions
  • Article 11 : Aspect extérieur
  • Article 12 : Stationnement
  • Article 13 : Espace libre et plantations, espaces boisés classés
  • Article 14 : Coefficient d’occupation des sols ou COS.
    Il ne peut être fixé qu’en zones U ou AU, et en zone N uniquement lorsque le transfert de COS est possible.

Seuls les articles 6 et 7 sont obligatoires, les autres sont facultatifs. Ces deux articles s’il ne sont pas rédigés doivent alors figurer sous une forme graphique (plan de zonage).

La hauteur (art. 10) l’implantation des constructions (art. 6 et 7) et la densité des construction (art. 14) sont obligatoirement réglementées dans les secteurs constructibles des zones N (R.123-8 et R. 123-9 du code de l’urbanisme)

Les annexes

Elles comprennent un certain nombre d’indications ou d’informations reportées pour information dans le PLU, et notamment :

  • Les servitudes d’utilité publique liées notamment au patrimoine (Plan de sauvegarde et de mise en valeur…), aux lignes aériennes (Plan d’exposition au bruit…), aux infrastructures de transport ou encore les Plans de prévention des risques.
  • Les périmètres reportés à titre informatif, comme les Zone d’aménagement concerté ou les zones où un droit de préemption public s’applique.
  • Les réseaux d’eau potable et d’assainissement.

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

Immobilier Grenoble : pourquoi le marché des logements collectifs neufs est si tendu

Le marché du logement collectif neuf s’est effondré en 2023. Selon les chiffres de l’observatoire du Centre d’études de la conjoncture immobilière (CecimObs), présentés par la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) Alpes le 5 mars, les réservations ont encore chuté l’an dernier sur le secteur marchand de l’arc alpin avec -  46  % sur le Grand Annecy par rapport à 2022, –  44  % sur le Grand Lyon, –  39 % sur le Genevois français, -  36  % sur le Grand Chambéry et -  34  % sur Grand Lac.

Inflation, hausse des taux…

Sur la métropole grenobloise, troisième marché de l’arc alpin après Lyon et le Genevois français, les réservations sont passées de   1  085 en 2022 à 657 en 2023, soit un recul de 39  %.

L’inflation, la forte hausse des taux d’intérêt, des prix et des refus de prêts ou encore le climat anxiogène ont peu à peu grippé la machine.

Résultat, les primo-accédants ont quasi disparu de ce marché. Et le rebond des ventes en bloc  * (+  12  % en 2023) ne compense pas le repli des investisseurs (31  % des réservations, contre 40  % en 2022) sur la métropole grenobloise.

«  Cette chute est essentiellement liée à la fin du Pinel qui arrive » , assure Vincent Davy, président de la FPI Alpes.

-  34  % de mises en vente en 2023

Le Pinel, dispositif de défiscalisation qui s’achève en effet cette année, « permettait pourtant de créer des logements locatifs avec des loyers encadrés, et cela générait des recettes pour l’État (20  % de TVA à la livraison, de la taxe foncière, des frais de mutation…) », souligne Jérôme Nicol, courtier en prêts immobiliers chez Courtéa’Crédits à Grenoble.

Si les personnes qui ont investi en Pinel l’ont fait avant tout pour bénéficier d’une réduction d’impôt, d’autres types d’investisseurs existent.

« Comme ceux qui pensent à la valeur de la revente ou de la transmission  », glisse Sylvie Lavallée, directrice commercial d’Édifim.

Des délais plus longs

Ces investisseurs patrimoniaux sont sensibles à la qualité des programmes et à leur emplacement “premium”, à l’instar de ce couple ayant réservé un T4 au Panoramik à Seyssins (40 logements, avec un prix moyen de 4  500  € le m²) pour leur résidence principale et un T2 pour le louer.

Autre constat, le rallongement des délais d’obtention des permis de construire ou les recours qui continuent à ralentir le lancement des opérations.

Mais la demande plus faible des ménages a accentué la chute des mises en vente : elle a été de -  34  % en 2023 sur la métropole grenobloise avec 746 logements, contre 1 124 en 2022.

«  Beaucoup d’opérations patinent et ne sont pas mises en vente  », résume Vincent Davy.

1351 logements disponibles fin 2023

Et l’offre disponible a augmenté de 7  % en un an, conséquence mécanique des non-réservations s’ajoutant au stock déjà existant.

Ainsi portée à 24,7 mois, la durée prospective d’écoulement a doublé en deux ans. Et la hausse des prix de vente n’aide pas à déstocker  !

Après avoir grimpé de 9  % en 2022, ces prix ont en effet augmenté de 4,6  % en 2023 sur Grenoble Alpes Métropole pour atteindre en moyenne 4  272  € le m² (TTC) hors stationnement (et hors ventes en bloc  *).

Les PLU pas respectés

Plusieurs facteurs expliquent cette hausse : l’inflation, un foncier rare et cher, des coûts de construction plus élevés (de +  20 à +  25  % dont 7 à 8 % liés à l’application de la norme environnementale RE2020, vertueuse mais onéreuse) et aussi le non-respect des densités prévues dans les plans locaux d’urbanisme (PLU).

«  Dans 80  % des cas, les collectivités nous font baisser d’un ou deux étages. Cela surenchérit le prix du foncier fixé avant tout sur son potentiel de constructibilité  », souligne Vincent Davy.

La lumière au bout du tunnel ?

Peut-on espérer une reprise  ? «  L’année dernière a été dure. On commence à voir, je ne dis pas le soleil, mais la lumière  », répond Gilles Trignat, vice-président Isère de la FPI Alpes.

Les taux de crédit commencent à baisser, les banques ont besoin de faire des prêts et certains promoteurs de boucler leurs programmes en offrant les frais de notaire sur certaines ventes, la cuisine et le mobilier aux investisseurs…

«  Si vous avez besoin d’un logement, c’est le moment de réserver  », lance le promoteur.

Qu’en est-il dans le Grésivaudan ?

L’immobilier collectif neuf s’est, comme dans la métropole grenobloise, effondré l’an dernier dans le Grésivaudan. Mais le repli est moindre.

Selon les chiffres du CecimObs, les réservations ont en effet diminué de 35  % sur le secteur marchand (198 en 2022, contre 129 en 2023) et les mises en vente (hors ventes en bloc) de 22  % (156 en 2022, contre 121 en 2023).

Les prix ont grimpé

Et ici aussi les investisseurs sont en retrait : ils ont assuré 32  % des réservations en 2023, contre 37  % en 2022.

Enfin, les prix ont aussi grimpé : de 6,5 % en un an pour atteindre en moyenne 4  685  € le m² (TTC) hors stationnement (et hors ventes en bloc).

C’est plus que sur la métropole grenobloise (+  4,6  %), mais moins que sur le Pays voironnais.

Ce dernier a en effet enregistré une hausse des prix de 9,4  % en 2023 avec un m² à 3  661  €.

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

Grenoble. Le centre-ville se transforme : voici à quoi il va ressembler en images

Voir mon actu

Le nouveau visage du centre-ville de Grenoble se dévoile. Les travaux de réaménagement du secteur Sainte-Claire, Notre-Dame, Antiquaire, et des entrées du secteur Hauquelin, Vieux Temple et Très Cloîtres se poursuivent.

Après une phase de piétonisation du quartier qui touche à sa fin, les travaux s’orientent désormais vers « un aménagement de ces nouveaux espaces ». 

Voici ce qui est prévu dans ce quartier du centre de la capitale des Alpes.

À lire aussi

Objectif ? « Redonner une large place aux piétons »

Ce projet porté par les services d’Éric Piolle ambitionne de remplir plusieurs objectifs : « Valoriser le patrimoine existant, redonner une large place aux piétons, renforcer la végétalisation du site et préserver le sol en pierre naturelle porphyre incrusté de quelques lignes de pierres calcaires. »

Lors du Conseil Municipal de ce lundi 13 mai 2024, les élus écologistes ont tenu à rappeler les secteurs piétonnisés depuis 2021.

Les zones piétonnes à ce jour

  • Place Sainte-Claire
  • Place Notre-Dame
  • Rue Président-Carnot
  • Rue Jean-François Hache
  • Rue Frédéric-Taulier
  • Rue Bayard
  • Rue de la Paix
  • Rue Auguste-Gaché

Pour atteindre les objectifs de valorisation et de végétalisation fixés, des travaux d’aménagement sont prévus pour l’automne 2024.

Le quartier grenoblois après les travaux.
Le quartier grenoblois après les travaux. (©Ville de Grenoble)
L'objectif est d'ajouter de nombreuses zones naturelles.
L’objectif est d’ajouter de nombreuses zones naturelles. (©Ville de Grenoble)
Des arbres vont être plantés dans les prochains mois.
Des arbres vont être plantés dans les prochains mois. (©Ville de Grenoble)

La liste des aménagements

  • La végétalisation et le fleurissement des pieds d’arbres existants quand cela est possible.
  • La plantation de 13 nouveaux arbres avec des pieds végétalisés lorsque les conditions le permettent.
  • La création d’une grande jardinière sur la rue Jean-François Hache.
  • La suppression du mobilier de voirie devenu inutile avec la piétonisation.
  • La rénovation des revêtements lorsque cela est nécessaire.
  • La mise en place de mobilier de confort : essentiellement des fauteuils et des cubes en pierre servant d’assises et de délimitation des zones piétonnes. 

Comment accéder en voiture ?

Dès la fin du mois de juin 2025, une borne de contrôle d’accès à la zone piétonne sera mise en place par la Ville. Elle sera installée au croisement de la rue de la République et de la place Sainte-Claire.

Vidéos : en ce moment sur Actu

« L’accès en véhicule sera donc limité aux seuls ayants droits disposant des autorisations d’accès », précisent les services de la Ville, avant d’ajouter que « d’autres bornes seront installées prochainement rue de la Paix et rue Bayard ».

Les personnes pouvant prétendre à un droit d’accès sont :

– Les personnes détentrices d’une carte CMI stationnement : toutes les zones, 24h/24, arrêt limité à 40 minutes.
– Les commerçants : sur leur zone, 24h/24, arrêt limité à 20 minutes (1 fois toutes les 3 h).
– Les riverains avec garage : sur leur zone d’accès, 24h/24, sans droit d’arrêt sur la voie publique.
– Les riverains sans garage : sur leur zone d’accès, du lundi au samedi de 18h à 13h40, les dimanches et jours fériés 24h/24, arrêt limité à 20 minutes.
– Livreurs : tous les matins de 6h à 11h30 (sauf dimanches et jours fériés), arrêt limité à 20 minutes

Pas un problème pour les commerçants ?

Sollicité par actu Grenoble, Alan Confesson défend ce projet : « La piétonisation du centre-ville se poursuit pour permettre de rendre le quartier plus qualitatif, donc plus attractif. »

L’adjoint au maire de Grenoble en charge du commerce appuie ses propos en expliquant qu’avec « un taux de vacances commerciales très bas, la politique d’apaisement du centre-ville permet à l’économie locale de se maintenir malgré la concurrence toujours plus forte des centres commerciaux et de l’e-commerce ».

L’élu conclut en expliquant que le « centre de Grenoble est davantage utilisé comme une zone de shopping et n’a pas vocation à faire des courses importantes ».

Suivez toute l’actualité de vos villes et médias favoris en vous inscrivant à Mon Actu.

La chronique a été générée aussi sérieusement que possible. Dans la mesure où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Urbanisme de Grenoble » vous pouvez utiliser les contacts affichés sur notre site web. Le but de urbanisme-grenoble.com est de débattre de Urbanisme de Grenoble dans la transparence en vous donnant la visibilité de tout ce qui est mis en ligne sur ce thème sur le net Cet article, qui traite du thème « Urbanisme de Grenoble », vous est volontairement proposé par urbanisme-grenoble.com. Connectez-vous sur notre site internet urbanisme-grenoble.com et nos réseaux sociaux pour être informé des prochaines publications.

We use cookies to personalise content and ads, to provide social media features and to analyse our traffic. We also share information about your use of our site with our social media, advertising and analytics partners. View more
Cookies settings
Accept
Privacy & Cookie policy
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
urbanisme-grenoble.com Photo de la page Confidentialité

Politique de confidentialité:

Exploitation et communication de vos datas privées:

Quand vous désirez une désactivation de votre mot de passe, votre IP sera incluse dans l’e-mail de désactivation.

Protection sur vos données:

Dans les cas où vous avez un espace personnel ou si vous avez écrit des textes sur le site, vous pouvez de réclamer à bénéficier un dossier numérique concentrant toutes les datas personnelles que nous détenons à votre sujet, enfermant celles que vous nous avez consenties. Vous avez le droit également de réclamer l'annulation des données individuelles à propos de vous. Cette procédure ne concerne pas les datas conservées à des fins administratives, dans le respect du droit ou avec pour objectif de sécurité.

Les médias:

Dans les cas où vous déposez des médias sur ce site, nous vous recommandons de vous abstenir de uploader des fichiers contenant des identifiants EXIF de coordonnées GPS. Les personnes surfant sur ce site peuvent prendre des données de localisation à partir ces fichiers.

Contenu chargé à partir de sites tiers:

Les passages de ce site peuvent introduire des informations prises (comme des vidéos, photographies, papiers…). Le contenu chargé depuis d’autres sites se compose de façon identique que si l'internaute se rendait sur cet autre site.Ces sites internet pourraient charger des datas au sujet de vous, activer des cookies, télécharger des organes de contrôles extérieurs, poursuivre vos actions avec ces contenus embarqués si vous détenez un espace associé sur leur site web.

Les cookies:

Quand vous uploadez un texte sur notre site, il vous sera proposé d’enregistrer vos nom, e-mail et site dans des cookies. Ce sera uniquement afin de votre confort avec pour objectif de ne pas devoir à donner ces données si vous entrez un autre commentaire ultérieurement. Ces cookies cessent au bout d’un semestre.Lorsque vous vous rendez sur la feuille de connexion, un cookie transitoire sera produit avec pour objectif de diagnostiquer si votre logiciel de navigation agrée les cookies. Cette fonction ne retient pas de données privatives et sera retiré mécaniquement quand vous arrêterez votre terminal.Si vous accédez, nous animons plusieurs cookies afin d'enregistrer vos données de connexion et vos options d'utilisation. L'espérance de vie d’un cookie de l'enregistrement est de quelques jours, celle d’un cookie d’option d’écran est de plusieurs mois. Lorsque vous validez « Se souvenir de moi », le cookie de connexion sera perpétué pour une durée de moins d'un mois. Lorsque vous fermez votre compte, le cookie de login sera annulé.En modifiant ou si vous éditez une publication, un cookie supplémentaire sera inséré dans votre terminal. Ce cookie ne comprend aucune information privée. Il atteste simplement l’ID de l'article que vous venez de corriger. Il finit au bout d’un jour.

Importation de vos informations personnelles:

Tous les commentaires des utilisateurs peuvent être observés au moyen d'un service robotisé de découverte des commentaires irrecevables.

Cela est conforme à la RGPD.

Les textes :

Quand vous laissez un commentaire sur ce site, les écritures citées sur le formulaire de texte, mais aussi l'adresse IP et l’agent usager de votre browser sont assemblés afin de nous permettre de trouver des commentaires non autorisés.

Quelle durée de mémorisation de vos informations:

Au cas où vous renvoyez un commentaire, le commentaire et ses métadonnées sont gardés indéfiniment. Ce fonctionnement implique de concéder et adopter en automatique les textes à venir plutôt que de les abandonner dans la queue de modération.Au cas où les comptes qui surviennent sur notre site (autant que faire ce peu), nous accumulons aussi les datas personnelles communiquées dans leur profil. La totalité des espaces individuels savent voir, modifier ou supprimer leurs données privatives n'importe quand. Les modérateurs du site ont la possibilité aussi voir et modifier ces données.

Save settings
Cookies settings